Catégories
concept

Qu’est-ce que l’archéologie?

Qu’est-ce que l’archéologie?L’archéologie est une science chargée d’étudier l’évolution des sociétés depuis sa création, pour laquelle elle a recours à l’analyse de différents vestiges matériels situés dans des zones géographiques variées. Cette analyse porte sur des artefacts, des échantillons d’art, des objets, des outils et d’autres vestiges.

Grâce à l’archéologie, il est possible de connaître les caractéristiques des sociétés anciennes, de comprendre comment elles concevaient certains éléments tels que leurs divinités, leurs formes de gouvernement, les groupes familiaux, les données historiques, etc. Dans certains pays, l’archéologie est considérée comme une partie de l’anthropologie, tandis que dans d’autres, une science à part entière.

Dans tous les cas, ses études ont généré de grandes contributions dans de multiples domaines, ce qui a abouti à une classification de l’archéologie, étant une discipline d’application pour plusieurs catégories. Ensuite, nous connaîtrons les différents types d’archéologie qui existent, ainsi que les objets d’étude auxquels ils sont respectivement dédiés.

Qu'est-ce que l'archéologie ?
  • Save
Qu’est-ce que l’archéologie ?

Biblique

L’archéologie biblique est une branche de l’archéologie spécialisée dans l’enquête sur les vestiges matériels et les données présentes dans la Bible, recherche qui peut être liée directement ou indirectement à l’une des données présentes dans ces écrits.

Grâce à l’archéologie biblique, il a été possible de corroborer une grande variété de découvertes archéologiques mises en évidence dans la Bible. Ces découvertes datent du XIXe siècle, siècle depuis lequel de multiples investigations ont été menées afin de trouver de plus en plus d’informations permettant de corroborer les passages du livre sacré.

En raison de la nature de leurs études, la recherche en archéologie biblique est principalement concentrée au Proche-Orient et dans la soi-disant Terre Sainte, des endroits où la plupart des événements expliqués dans la Bible ont été décrits.

Plus précisément, nombre de ces espaces géographiques sont constitués de la Jordanie, de la Terre d’Israël et de la Palestine.

Cependant, certains auteurs suggèrent qu’il existe d’autres espaces géographiques qui devraient être valorisés par l’archéologie biblique, en se basant spécifiquement sur ce qui est indiqué dans certains passages de la Bible. Ces espaces géographiques se réfèrent généralement à l’Egypte, Rome, l’Asie Mineure, la Syrie, entre autres.

Bien qu’étant une science chargée d’étudier des éléments de nature théologique, l’archéologie utilise des méthodes d’origine scientifique en ce qui concerne son corps méthodologique. Ceci, afin de contraster correctement toutes les données collectées dans leurs recherches, générant des informations de valeur scientifique.

Par conséquent, de multiples découvertes ont corroboré une grande quantité de données présentes dans les annales bibliques. De nombreuses descriptions de la Bible qui avaient été considérées comme un mythe, auraient été confirmées par l’archéologie, qui a réaffirmé l’importance de cette branche.

Cependant, malgré le fait que l’archéologie biblique soit capable de générer des informations scientifiquement fondées, cela n’a pas laissé de côté la controverse qui tourne autour des différentes interprétations que reçoit la Bible.

En d’autres termes, l’archéologie biblique a coïncidé avec de nombreuses données présentes dans la Bible, alors que les théologiens n’ont pas été en mesure de préciser une grande partie de ce qu’ils veulent expliquer dans leurs passages.

Historique

L’archéologie historique est une branche de l’archéologie qui est basée sur l’étude d’objets, de lieux et de symboles appartenant à une époque spécifique. Son objectif est de contextualiser et de fournir des informations pertinentes sur tous les vestiges retrouvés dans leurs zones d’analyse.

Ses objets d’étude varient de monuments, pyramides, restes humains, outils, écrits, structures, etc.

En parlant d’archéologie historique, de nombreux spécialistes pourraient faire référence à l’étude de ces vestiges qui datent du XVe siècle et plus tard, ce qu’on appelle l’archéologie post-médiévale. Cependant, cela peut varier selon l’approche, ce qui a fini par générer des divergences entre l’objet d’étude de cette branche.

En effet, tout comme dans le cas de l’archéologie biblique, où de nombreuses études ont corroboré les données des passages bibliques eux-mêmes, il y a eu des scénarios dans lesquels une découverte a fini par générer plus de controverse concernant une enquête particulière. 

Le terme archéologie historique est utilisé, à son tour, pour désigner une variété de sous-domaines tels que l’archéologie médiévale, l’archéologie égyptologique et d’autres. De même, l’approche des études d’archéologie historique dépendra de la zone étudiée.

Par exemple, lorsqu’il s’agit d’études en Amérique, la plupart d’entre elles tentent de couvrir toutes les données constituant la période allant de la découverte de l’Amérique à nos jours.

Malgré cela, il ne faut pas la confondre avec l’archéologie préhistorique, qui est spécifiquement chargée de l’étude des vestiges préhistoriques, c’est-à-dire des corps céramiques, osseux et lithiques, qui se déroulent dans des espaces généralement européens et péninsulaires à cet égard.

De procédure

L’archéologie processuelle n’est pas à proprement parler une dérivation de l’archéologie traditionnelle, c’est un mouvement d’intellectuels qui aurait débuté dans les années 60, se caractérisant comme une école archéologique basée sur le livre « Method and Theory in American Archaeology », publié en 1958 par Philip Phillips et Gordon Willey.

L’introduction de ce corps intellectuel est réalisée dans le but de faire place au positivisme logique comme approche unique de la recherche. Le positivisme logique est une philosophie qui suggère que la seule connaissance valable est celle qui peut être basée sur des informations empiriques, c’est-à-dire celles obtenues par l’observation.

Avec cela, l’archéologie de processus reçoit le nom de « nouvelle archéologie », puisque cette philosophie n’aurait jamais été pratiquée en archéologie. Son approche, faire des études historico-culturelles sans avoir à être affecté par des notions subjectives, typiques des concepts culturels.

L’idée de la culture comme un ensemble de traditions et de normes qu’un groupe d’individus aurait établi conformément à leurs croyances et coutumes est rejetée. Au contraire, elle était considérée comme le résultat de l’adaptation comportementale qu’une société présentait aux changements de l’environnement en particulier.

Avec cela, il était destiné à donner une explication plus uniforme des phénomènes culturels lors de l’étude archéologique des sociétés, en le définissant comme l’adaptation des individus à leur environnement.

Le terme « processuel » est dû au fait que la tâche définie par l’archéologie processuelle est d’analyser, comprendre et reconstruire les processus culturels qui composent l’être humain dans différents environnements. Ceci, en conjonction avec l’utilisation de la méthode scientifique, l’obtention d’informations empiriques dans leurs études, et donc, des contributions précieuses.

De même, ils se sont appropriés différentes techniques de l’anthropologie culturelle pour reconstituer le passé. Ceci, en conjonction avec le positivisme logique, ont été les premières étapes pour rendre vos propres directives de type scientifique valables pour votre domaine d’étude en particulier.

L’archéologie des processus peut être considérée comme l’un des modèles les plus modernes en matière d’investigation des sociétés anciennes.

En effet, 10 ans après sa démarche dans les années 60, il reçoit un élan important grâce à David. L. et Lewis Binford, qui marquera son expansion en Amérique latine et en Europe. La principale de ses approches est la méthode hypothético-déductive, afin d’étudier le particulier pour expliquer le général à partir d’une idée préexistante.

Légal

L’archéologie médico-légale est une branche de l’archéologie qui est chargée d’étudier une scène afin d’analyser un crime qui s’est produit dans le passé. Son application vise à obtenir une définition concrète de l’ordre des événements, en rassemblant toutes les informations liées aux événements en question.

Pour cela, l’archéologie médico-légale utilise la méthodologie de l’archéologie, basée sur un contexte juridique, dans lequel tous les objets et / ou caractéristiques d’une scène seront analysés, afin de développer des hypothèses concernant les faits qui expliquent le crime.

Cela sera possible grâce à la reconstruction de toutes les actions qui se sont produites dans la scène, qui seront réalisées grâce à la documentation, l’observation et l’obtention de tous les vestiges de celle-ci.

Parce que ses techniques ne sont pas très différentes de l’archéologie traditionnelle, l’archéologie médico-légale est souvent définie comme une adaptation des techniques de l’archéologie à un contexte médico-légal. Cependant, la définition obtenue dépendra strictement de l’auteur consulté, puisqu’il n’y en a pas de définition.

Dans des pays comme le Mexique, l’archéologie médico-légale est considérée comme une branche de la criminologie, ils partagent donc une méthodologie similaire. Leur objectif, respectivement, est de reconstituer le comportement d’un criminel, en réussissant à accéder aux preuves qui composent une scène respectivement.

Ainsi, l’application de l’archéologie médico-légale se produit conjointement avec l’anthropologie médico-légale, puisque les deux fournissent des données essentielles pour la reconstruction susmentionnée d’une scène. En fait, l’application individuelle de l’archéologie médico-légale peut être considérée comme une erreur de jugement dans l’étude d’une scène de crime, car elle ne dispose pas des outils appropriés.

Certaines des compétences requises par l’archéologue légiste sont présentées comme suit :

  1. Récupération des restes humains à l’aide de méthodes de prévention sanitaire, contrôlant tout effet contaminant ou dommageable sur les restes.
  2. Maîtrise des techniques pour effectuer des recherches dans le sous-sol, telles que les changements différentiels de végétation, l’analyse des sédiments et des sols, etc.
  3. Analyse édaphologique médico-légale.
  4. Connaissance du type spatial, c’est-à-dire utilisation de boussoles, de géopositionneurs, de grilles, de niveaux, de cartes, etc.
  5. Capacité à différencier les restes humains des restes non humains.
  6. Prélèvement d’échantillons tels que sédiments, botanique, restes humains, etc.

Chacune de ces compétences dépendra de l’approche de l’archéologie médico-légale selon qu’elle est considérée comme une branche de la criminologie, une dérivation de l’anthropologie médico-légale, ou simplement une application adaptée de l’archéologie traditionnelle.

En sciences sociales

Dans le contexte des sciences sociales, l’archéologie s’est imposée comme l’un des outils les plus importants, précisément, pour l’étude des sociétés anciennes, en évaluant précisément les vestiges, qu’ils soient humains ou matériels, découverts par les archéologues dans certaines zones.

Grâce à l’archéologie, il a été possible de comprendre et d’observer les changements survenus dans la société au fil du temps, de comprendre quelles étaient les caractéristiques des premières civilisations, et quels éléments et/ou facteurs auraient permis leur évolution vers ce qu’est la société d’aujourd’hui.

Lorsque l’archéologie est expliquée comme une science sociale, il est essentiel de souligner que certains théoriciens en font réellement partie. Dans tous les cas, il est incontestable que l’archéologie a généré des contributions importantes pour les deux parties à cet égard.

En ce qui concerne les sciences sociales, l’archéologie étudie l’organisation sociale et les changements qu’elle a subis dans le développement des sociétés. Cela explique l’intérêt pour différents vestiges matériels qui permettent de contextualiser des aspects importants tels que les traditions, les caractéristiques, les croyances, etc.

Cela lui permet d’analyser son point le plus intéressant : la définition des séquences chronologiques qui font partie des périodes d’une époque. C’est ici qu’il est possible de trouver de multiples spécialités de l’archéologie, la plupart d’entre elles basées sur chacune des périodes et/ou époques où différents phénomènes sont reconstitués pour expliquer chaque société.

Grâce à ces études, l’archéologie a été l’auteur de multiples découvertes d’une grande importance, qui vont de sociétés ou de groupes humains aux caractéristiques particulières, à la découverte de vestiges matériels totalement inconnus, qui font l’objet d’une enquête approfondie.

Cela a donné une responsabilité importante à l’archéologie en tant que science sociale, car c’est le canal par lequel les pays peuvent accéder à leur patrimoine archéologique, considéré, dans de nombreuses nations, comme faisant partie du patrimoine humain que tous doivent reconnaître et louer comme faisant partie de votre identité. .

Enfin, l’archéologie, d’où elle surgit, est présentée comme un outil d’une grande valeur utile pour l’analyse de ces scénarios qui se sont éteints dans le temps, mais en même temps, suffisamment préservés pour être reconstruits, se rapprochant chaque fois davantage pour comprendre nos origines en tant que société.

Sources

  1. (2021). Archéologie. Wikipédia. Récupéré de : https://en.wikipedia.org/wiki/Archaeology
  2. (S/F). Que fait un archéologue légiste ?. Apprendre l’avenir. Récupéré de : https://www.futurelearn.com/info/courses/forensic-archaeology-and-anthropology/0/steps/67860
  3. Jarus, O. (2019). Archéologie biblique : l’étude des sites et des artefacts bibliques. Sciences en direct. Récupéré de : https://www.livescience.com/64838-biblical-archaeology.html

Lire aussi :Qu’est-ce que la culture?; Qu’est-ce que l’histoire ?; Qu’est-ce que la philosophie ?

Language: English (Anglais) Français Deutsch (Allemand) Español (Espagnol)